Our Blog

0

Pour chasser les poissons d’un banc, le requin-renard pélagique utilise sa longue queue et assomme ses proies.

Cette technique a été filmée pour la première fois par une équipe internationale de chercheurs.

Pour chasser, le requin-renard assomme ses proies avec sa longue queue par Gentside Découverte

Copyright © Gentside Découverte

 

Espèces

  • Alopias vulpinus – Requin-renard commun
  • Alopias pelagicus – Requin-renard pélagique
  • Alopias superciliosus – Requin-renard à gros yeux

Dénomination

Le nom de cette famille et de ce genre de requin dérive du grec Alopex qui signifie renard.

Aspect

  • Corps cylindrique, vigoureux.
  • Gueule de petite taille.
  • Les dents sont petites et triangulaires.
  • Ces squales sont facilement identifiables à leur appendice caudal, falciforme, dont la partie supérieure est très longue et peut parfois mesurer jusqu’à la moitié de la longueur totale de l’animal.
  • Yeux de taille importante (notamment chez A. superciliosus)
  • Corps de couleur gris ou brun, le ventre étant blanc.

Habitat et distribution

  • Eaux côtières et océaniques, jusqu’à 500 mètres de profondeur.
  • Toutes mers tempérées et tropicales dont la mer rouge

Alimentation

  • Poissons de petite taille se déplaçant en bancs.
  • Céphalopodes et crustacés.
  • attaque rarement ses congénères plus petits

Taille

En général, ne dépasse pas les 5 m à l’âge adulte.

  • Record de 6,30 mètres et 440 kilos pour le requin-renard commun.
  • Record de France : 5,15 mètres et 389 kilos (6 août 1999)et 5,50 mètres avec 280 kilos (2 mai 2010).
  • 3,30 mètres pour le requin-renard pélagique.
  • 4,50 mètres pour le requin-renard à gros yeux.

Comme tous les Lamniformes, cette espèce est ovovivipare et pratique le cannibalisme intra-utérin. Naissent alors 2 à 6 petits, déjà vigoureux et qui mesurent déjà entre 1,20 et 1,50 mètre.

Peut se rassembler en immenses bancs, comme au large de la Californie où l’un d’eux a été exterminé par des pêcheurs en quelques jours.

Dangers potentiel

  • Inoffensif pour les baigneurs, cette espèce ne s’approchant que rarement des côtes.
  • Se contente d’évoluer à distance des plongeurs. Méfiance tout de même pour les chasseurs sous-marins, l’un d’eux ayant été attaqué en 1993 en Nouvelle-Zélande.
  • Le requin-renard commun est néanmoins considéré comme potentiellement dangereux, des cas d’attaques sur des embarcations ayant été révélées en Nouvelle-Zélande.

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *