Our Blog

0

PLONGER AVEC LES REQUINS…

par Denis Jeant | le Dimanche 28 Novembre 2010 |

Plonger avec les requins est-il devenu un phénomène de mode ? Aujourd’hui, pour les tours operators en plongée, les requins sont un argument qui fait vendre. Alors qu’il n’y a pas si longtemps, le mot requin glaçait d’effroi. Nous vous proposons à la suite d’aborder ce type de pratique, en vous proposant de nombreuses références afin de pouvoir approfondir ce vaste sujet.

Texte de Denis Jeant et Photos de Michel Bègue & Google Images

.

UN DÉLIT DE SALE GUEULE

requin

De nombreux ouvrages d’auteurs à l’imagination fertile ont décrit le requin comme un monstre assoiffé de sang, dont la perversité n’a pas d’égal. Fiction et réalité sont mêlées inextricablement. Cela va de 20 000 lieux sous les mers (1870) de Jules Verne, au mako décrit par Ernest Hemingway, dans le Vieil homme et la mer (1952) à Megalodonde Robin Brown, jusqu’à Jaws (Les Dents de la Mer ), le best-seller de Peter Benchleyparu en 1974.

L’incarnation du mal dont l’attaque ne pouvait qu’entraîner démembrement sanguinolent et une mort certaine. Une véritable machine à tuer.  Il réveille en nous des peurs ancestrales. Le requin domine tous les autres animaux dans ce statut de véritable mythe.

« Les Dents de la Mer  » (Jaws ), tiré du roman et réalisé par Spielberg, à renfort d’effets spéciaux, a su avec intelligence exploiter nos fantasmes principalement par la suggestion. Le requin n’avait pas besoin d’une telle publicité. Il est devenu très rapidement l’ennemi public numéro un.

A la suite du film, les centres de plongée en Californie ont enregistré des pertes allant jusqu’à 40% de leur chiffre d’affaires. Le film fut un des meilleurs succès du Box Office mondial avec notamment plus de 6 millions de spectateurs en France.

D’autres films, comme les films de la série Shark Attack , moins bien réalisés, prêtent plus à rire qu’à avoir peur (voir la vidéo).

À titre d’expérience, précisez à votre voisin qui est casanier et aquaphobe que vous faites de la plongée. Il y a de fortes chances qu’il trouve que votre activité préférée est à la limite du raisonnable. Apprenez-lui que vous plongez avec des requins et que vous aimez ça. Il vous prendra pour un fou à lier ou casse-cou !

Certaines civilisations du Pacifique ont une tout autre considération pour le requin.  La plupart des sociétés polynésiennes considéraient le requin comme un dieu ou un demi-dieu. Ils parlaient de Kauhuhu, le dieu requin. Les indigènes des îles Salomon croient que les corps des requins sont habités par les fantômes des morts. Quand ils vénèrent le requin, ils vénèrent leurs ancêtres. Ils ne pêchent jamais les requins. Ils croient que les requins sont humains et leurs cousins. Si un étranger prend un requin, ils l’éviteront car il n’a pas respecté leur croyance.

LE RISQUE D’ATTAQUES ?

Bouledoge

Les attaques de requins sont très rares. L’International Shark Attack File (ISAF ), recence les attaques à l’échelle mondiale.

Les faits contredisent sa réputation. On ne compte qu’entre 50 à 75 cas par an dont entre dix et trente mortels, ce qui est peu comparativement aux morts par piqûres de guêpes, ou aux accidents de la route (4273 morts/an en France en 2009 ).

À titre de comparaison, d’après l’ISAF, en 1987, il y a eu 8064 morsures de chiens et 1587 morsures d’humains à New-York contre 13 de requins pour l’ensemble des USA.

Par contre, le requin reste un animal sauvage. Sur 500 espèces, environ une trentaine d’espèces sont potentiellement dangereuses pour l’homme, tels les requins bouledogues , les requins tigresgrands requins blancs,  les requins bleus, les requins océaniques,…

Les plongeurs sont peu concernés. Il s’agit surtout des surfeurs, des pêcheurs sous-marins et dans une moindre mesure les nageurs qui paient parfois un lourd tribut à leur pratique. À titre d’exemple à la Réunion, d’après l’étude du Dr Géry Van Grevelynghe, sur 25 cas recensés (100%), 1 cas (4%) concernait un « plongeur bouteille » contre 8 (32%) pour les surfeurs et véliplanchistes, 6 (24%) pour les pêcheurs sous-marins et 10 (40%) pour les baigneurs et autres.

RODNEY FOX N’EST PAS RANCUNIER !

Rodney Fox at Aldinga beach

Rodney Fox est né le 9 novembre 1940 à Adelaïde, dans le sud de l’Australie. Il a trois enfants et 6 petits enfants.  

En décembre 1963, il participait à une compétition de pêche sous-marine au sud de la plage d’Aldinga d’Adelaïde  , sa ville natale. Il  a été attaqué par un grand requin blanc et mordu au buste et au bras.

Son histoire a fait le tour du monde. Il a écrit un livre qui est devenu un best-seller. Son attaque est vraisemblablement la plus médiatiques de toutes les attaques de requin.  Il est considéré comme un véritable miraculé.

Les lambeaux de chairs maintenus par sa combinaison de plongée, il est conduit d’urgence à l’hôpital, où pas moins de 462 points de sutures ont été nécessaire au  Dr. Justin Miller pour le recoudre. Les blessures sont impressionnantes. Son abdomen a été entièrement exposé et toutes ses côtes cassées du côté gauche.  Son diaphragme a été déchiré et un poumon perforé, son omoplate a été percée, sa rate est apparente, et il a perdu beaucoup de sang à cause de ses multiples hémorragies.  Tendons, doigts et le pouce de sa main droite ont été coupés.

Pas rancunier, depuis cette expérience malheureuse, il consacre sa vie à la défense et à l’étude du requin blanc.Il a mené plus de 100 expéditions pour accompagner des touristes plongeurs à sa rencontre et a participé à de nombreux films sur le sujet.Il a été conseiller principal  et chef d’expédition pour le film  « Les Dents de la Mer  » (Jaws ). Pour lui, les spectacteurs ont pris ce film, qui est une pure fiction cinématographique, pour la réalité.Il a également créé son musée du requin à Adelaïde qui retrace son histoire, ses expéditions et tournages qu’il a menées avec son fils Andrew.

Il considère le grand blanc comme un « prédateur trapézoïdal » important et qui commande directement la diversité et l’abondance des autres espèce dans le grand enchaînement de la vie. Les activités et campagnes de sensibilisation de Rodney Fox ont contribuées dans une certaine mesure au statut de protection dont le grand requin blanc bénéficie notamment en Australie.

Comme le dit Rodney, les vrais requins font plutôt partie de l’espèce humaine que de la faune sous-marine.

OÙ ALLER À LA RENCONTRE DES REQUINS ?

Il y a des requins dans toutes les mers et océans. De manière exceptionnelle, on trouve parfois des requins tropicaux dans nos eaux plus tempérée. A titre, d’exemple, un requin tigre a été pêché l’été 2007 dans un filet, par un plaisancier, en France métropolitaine, à Fouras en Charente-Maritime (17).

Contrairement au titre de l’auteur de la vidéo qui parle de requin blanc, il s’agit d’un requin-taupe bleu ou requin Mako (Isurus oxyrinchus), espèce pélagique, pêché fin juillet 2009 et ramené au port de Marseille (13)

Le requin bouledogue  est doué d’un adaptation étonnante, que cela soit en eaux salées ou eaux douces. Il remonte des fleuves comme le Zambèze, le Tigre, le Missisippi, le Gange, l’Amazone, le Saint-Laurent… Il a été retrouvé en eau douce à 3700 km de l’embouchure de l’Amazone.

Quelques spots de plongée à requins:

  • Requin bouledogue  (Carcharhinus leucas):
    Fidji, Afrique du Sud, Mozambique, Madagascar, Birmanie, Ile Maurice, La Réunion, Mexique, Costa Rica, Bahamas, Brésil,…
  • Requin tigre  (Galeocerdo cuvier):
    Polynésie Française (Tahiti), Fidji, Afrique du Sud, La Réunion, Australie, Bélize, Nouvelle-Zélande, Ile Maurice, Nouvelle-Calédonie, Bahamas, Floride, Hawaii, Midway (USA)… requin5
  • Requin taureau   (Carcharias taurus) :
    Afrique du Sud, Australie, Liban, Japon, Nord-Caroline (USA)…
  • Requin citron (Negaprion Brevirostris) :
    Polynésie, Fidji, Floride (USA), Turks & Caicos, Mexique, Belize, Bahamas, Afrique de l’Ouest
  • Requin marteau halicorne (Sphyrna lewini) :
    Soudan, Egypte sud mer Rouge, Tanzanie, Mozambique, Maldives, Afrique du Sud, Australie, Papousie Nouvelle Guinée, Fidji, Equateur, Coco Islands (Costa Rica), Isla de Malpelo (Colombie), Mexique, Texas (USA),
  • Requin renard (Alopias vulpinus, pelagicus, superciliosus ):
    Sud Mer Rouge, Ile de Malapascua, Cebu (Philippines), Nouvelle-Zélande…
  • Requin océanique  (Carcharhinus longimanus): 
    Egypte Sud mer Rouge, Soudan, Polynésie, Hawaii, Australie, Philippine…
  • Requin baleine (Rhincodon typus ):
    Afrique du Sud, Djibouti, Mozambique, Seychelles, Madagascar, Maldives, Philippines, Thaïlande, Tanzanie, Australie, Belize, Honduras, Cuba, Mexique, Equateur, Texas (USA) …
  • Requin pélerin (Cetorhinus maximus) :
    Bretagne (France), Ile de Man, Corwall (Royaume-Uni)….

.

QUEL COMPORTEMENT ADOPTER ?

Certaines situations à risque sont à éviter dans une région connue pour la présence possible de requins potentiellement dangereux.

requin11

Ces recommandations ne peuvent être que générales et devront être adaptées au lieu et au type de requin:

  • éviter d’être seul, ce qui ne devrait pas arriver en plongée loisir. Les requins préfèrent s’intéresser aux individus isolés.
  • un plongeur en immersion à moins de chance de se faire attaquer qu’un surfeur ou baigneur. La majorité des attaques se déroulent en surface et près du rivage.
  • plonger toujours avec un guide expérimenté connaissant le comportement des requins locaux.
  • éviter de porter des objets scintillant ou des vêtements de couleurs vives et contrastées qui pourraient attirer, voir exciter des requins. Préférez des couleurs neutres.
  • plonger à partir d’une embarcation de surface
  • éviter de plonger à l’embouchure d’un fleuve, dans les ports ou si l’eau est trouble. L’eau trouble est un facteur de risque majeur.
  • dans les eaux tropicales, évitez de plongez du coucher du soleil à l’aube, période de chasse des prédateurs
  • ne molestez jamais un requin même indolent.
  • les shark-feeding: nourrissages de requins, peuvent être dangereux s’ils sont mal contrôlés. La sécurité des plongeurs doit prévaloir sur l’observation. Ils peuvent par exemple entraîner une frénésie alimentaire chez le requin dagsit ou requin gris. Un bon nombre de morsures chez des plongeurs ont été entraînées par des shark-feeding mal contrôlés. Il est difficile de contrôler l’excitation d’un animal sauvage. Parfois même, le danger ne venait pas des requins eux  mêmes. Certains adeptes de cette pratique ont été mordus à la main par des murènes, voir des napoléons attirés par cette nourriture facile.
  • restez toujours être en aval du courant olfactif créé par un appât, pour éviter d’être imprégnié de son odeur.
  • restez calme, nagez lentement, ne faites pas de mouvements brusques
  • utilisez avec parcimonie le flash si vous faites de la photo sous-marine car le recyclage du flash attire les requins ou les effraye selon les espèces.
  • n’acculez jamais un requin contre une paroi ou dans une grotte, il doit toujours pouvoir fuir, sinon, il peut se sentir menacé
  • Au-delà de 3 à 4 requins ou en cas d’instance manifeste, préférez abandonner la partie en remontant en surface, dos à dos. Le plongeur peut être confronté au comportement inquisiteur de grands prédateurs qui assure une défense territoriale comme le requin pointe blanche de récif, le requin soyeux, le requin océanique ,requin mako , le requin tigre ..
  • garder un oeil sur les requins des environs. Essayez de décoder leur comportement, une possible parade d’intimidation. À titre d’exemple, le requin gris ou requin dagsit adopte une nage caractéristique en S puis en 8 à l’approche d’un plongeur qui lui semble menaçant. Son dos est arqué et ses nageoires pectorales abaissées. Cette parade ritualisée est le plus souvent le prélude à une attaque en règle jusqu’à ce que l’adversaire considéré comme menaçant s’en aille. Cette attitude semble être liée à la défense du territoire.
  • si vous plongez en recycleur , les requins s’avèrent plus curieux du fait de l’absence de bulles.

.

QUI MENACE QUI ?

Les requins sont en voie de disparition. Leur population globale a baissé de 75% en 20 ans, d’après certaines estimations. Ils sont les victimes des palangriers industriels, des braconniers pour leur mâchoire ou dents, de leur pêche pour leurs ailerons (finning ) pour confectionner la tristement célèbre soupe aux ailerons de requins. Les ailerons sont même parfois coupés sur le requin vivant et l’animal rejeté à la mer.

Un véritable trafic qui a pignon sur rue existe afin d’alimenter notamment le marché asiatique et les restaurants chinois. Approximativement 100 millions de requins par an sont sacrifiés pour quelques gourmets. C’est plus que la population française réunie !

  Shark finning

Faites une recherche sur Internet sur le mot « finning » dans votre moteur de recherche préféré et vous verrez qu’il est facile de faire son marché.

Bien que la Communauté Européenne tente d’interdire à ses navires cette pêche et le rejet de requins à la mer, bien que 80 pays aient signé un accord pour bannir la pêche des requins blancs, un certain nombre de pays continue ce massacre.

Le rapport conjoint du WWF et de l’IUCN sur la pêche et la vente de requins en Europe dans le cadre du programme Traffic vous permettra de constater que nous avons encore à balayer devant nos propres portes en Europe.

Les plongeurs, témoins privilégiés du monde sous-marin ont fait partie des premiers à prendre conscience de la nécessité de protéger les requins. Certains plongeurs ambassadeurs de renons, par leurs films documentaires ou articles diffusés auprès du grand public ont contribué pour une grande part à réhabiliter le requin, maillon indispensable de l’écosystème marin. Nous pouvons par exemple citer les noms de Ron et Valerie Taylor, Howard et Michele Hall, Rodney Fox, Marty Snyderman, Doung Perrine, Jean-Michel Cousteau, …

Comme vous l’aurez compris, le véritable prédateur est l’homme.

Comme le suggère la Charte Internationale du plongeur Responsable, initiative de l’association Longitude 181 Nature  , boycottez avec vigueur les restaurants qui mettent sur leur carte la soupe d’ailerons. N’hésitez pas à devenir l’ambassadeur des requins autour de vous en faisant partager votre enthousiasme. Plongez à la rencontre des requins, cela ne peut être que source de découvertes enrichissantes et d’un développement touristique durable. À titre d’exemple, le village de Gaansbai en Afrique du Sud est devenue la ville du grand requin blanc. Aujourd’hui, sur place le requin blanc a plus de valeur marchande vivant que mort. Allez plonger également dans d’autres parties du monde réputées, comme à Rangiroa en Polynésie française, spot de plongée, connu pour la variété et le nombre des requins rencontrés dans ses eaux.

POUR ALLER PLUS LOIN…

La suite à paraître dans un prochain article, sur le shark-feeding…

Merci pour cet article à Denis JEANT

Denis jeant

BEES 2° en plongée subaquatique,

Naturaliste et passionné par les requins

Auteur d’ouvrages sur la plongée et sécurité en plongée.

Accéder au profil de Denis Jeant

Nous tenons à remercier Qatarairways qui a rendu ce reportage possible

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *